Alors que les vacances estivales battaient encore leur plein, des membres du comité s’activaient dans les résidences de l’établissement d’enseignement afin de préparer la chambre du nouvel étudiant réfugié qui fera son arrivée à compter du 9 août. Celui qui aura comme terre d’accueil la région estrienne arrivera d’un camp de réfugiés situé en Afrique subsaharienne, où il a passé la majorité de sa vie.

Lors de sa première session au Cégep de Sherbrooke, l’étudiant réfugié a une grille de cours adaptée à ses besoins. « Il va avoir six heures de français par semaine. […] Il faut aussi qu’il comprenne comment le cégep fonctionne. On fait venir l’aide pédagogique individuelle et la conseillère en orientation », raconte Rachel Mayrand, professeure en littérature au Cégep de Sherbrooke et impliquée dans l’accueil du futur étudiant.

De plus, le premier mois qui suit l’arrivée de l’étudiant réfugié n’est pas de tout repos, explique la professeure Valérie Dubé, qui a participé à la mise en place du PER au Cégep de Sherbrooke. Les démarches entourant le compte en banque, la carte d’assurance maladie, le numéro d’assurance sociale, le code permanent et le fonctionnement des résidences sont quelques exemples des tâches qui doivent être réalisées. Un accompagnement serré est également nécessaire afin d’aider l’étudiant réfugié à trouver ses repères dans son nouvel environnement.

Un parrainage par la communauté étudiante

Ce programme prend la forme d’un parrainage privé; c’est la communauté étudiante qui parraine l’étudiant réfugié. La majorité des fonds amassés pour accueillir l’étudiant réfugié sont recueillis par le biais d’une cotisation incluse dans les frais de scolarité s’élevant à 1,50 $ par étudiant.

Chaque année depuis 2018, une collecte de dons est organisée afin d’amasser divers objets tels que des vêtements, de la literie et des objets de cuisine pour le nouvel étudiant.

Le Cégep de Sherbrooke a accepté de fournir une chambre de résidence gratuite à l’étudiant réfugié, en plus de l’exempter des frais de scolarité. La Coopérative du Cégep de Sherbrooke offre également une carte-cadeau de 100 $ chaque session. Si l’étudiant le désire, la coop peut aussi lui offrir un emploi lors de la session d’hiver. D’autres partenaires ont été trouvés notamment pour les biens d’hygiène de base.

Un accord officiel avec Ottawa

L’organisme EUMC œuvre en Jordanie, au Kenya, au Liban, au Malawi, en Tanzanie, et en Ouganda. Son objectif est notamment d’organiser des missions humanitaires sur les campus universitaires. Depuis six ans, les projets peuvent aussi avoir lieu dans les cégeps.

EUMC a une entente de parrainage officielle avec Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada. Par le fait même, cet accord lui permet de sélectionner et de faire venir des étudiants réfugiés au pays à titre de résident permanent. Les comités locaux de l’organisation œuvrant dans les cégeps et les universités prennent le relais du parrainage au nom d’EUMC.

Plus d’une dizaine de cégeps participent à travers le Québec. Dans la région estrienne, en plus du Cégep de Sherbrooke, l’Université Bishop’s, le Collège Champlain et l’Université de Sherbrooke participent au projet.

Source :

La Tribune :
https://www.latribune.ca/actualites/actualites-locales/sherbrooke/2023/08/05/un-cinquieme-etudiant-refugie-prendra-bientot-la-route-du-cegep-de-sherbrooke-O5YFIFOKE5BS3E5M2YEGF44CXQ/

Pourrait aussi vous intéresser